Product was successfully added to your shopping cart.

ESAT : Etablissement et Service d'Aide par le Travail

Travail) ont vocation d’accueillir et d’accompagner les personnes qui n’ont pas la capacité de s’insérer dans le milieu ordinaire de travail, l’Adapei a ainsi créé 8 Etablissements et Services d’Aide par le Travail. Ils sont répartis de manière équilibrée dans le département. Ils proposent plusieurs activités adaptées, que ce soit dans le secteur industriel, artisanal, agricole, agroalimentaire ou de service.De façon générale, les ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le

Tout comme le rythme de travail, ces activités visent à l’épanouissement et à la progression de plus de 800 personnes accueillies. Ainsi, des sections à temps partiel ont vu le jour dans la plupart des ESAT, afin de répondre aux besoins des ouvriers qui, pour des raisons de santé ou d’âge, ne sont plus en mesure de suivre le rythme de travail habituel.

Le travail protégé à l’Adapei, c’est : Des structures spécifiques dénommées « Etablissements et Services d’Aide par le Travail », dont les normes et les financements ont été fixés et garantis par l’Etat (loi 1975 et 2002).
Une adaptation des postes de travail aux potentialités de chaque personne handicapée et à la recherche constante de son épanouissement tant à l’intérieur de l’ESAT qu’en entreprise dans le cadre de prestations de service.
Une force de travail importante comprenant une centaine de moniteurs d’atelier et 800 travailleurs handicapés. Une implantation géographique équilibrée en Béarn :
4 ESAT en agglomération paloise, 1 ESAT en périphérique d’Oloron, 2 dans la région d’Orthez et 1 dans la région de Sauveterre.
Une palette d’activités dans les domaines de la production industrielle et artisanale, de la production agricoles et agro-alimentaire, des activités de services et de sous-traitance.

"La garantie d’un travail de qualité et d’un partenariat économique à part entière."

> Vocations des ESAT : 

Les ESAT ont une double finalité : faire accéder, grâce à une structure et des conditions de travail aménagées, à une vie sociale et professionnelle, des personnes handicapées momentanément ou durablement incapables d'exercer une activité professionnelle dans le secteur ordinaire de production ou en ateliers protégés permettre à celles d'entre ces personnes qui ont manifesté par la suite des capacités suffisantes, de quitter le centre et d'accéder au milieu ordinaire de travail ou à un atelier protégé.

Tout en étant juridiquement des établissements sociaux, relevant à ce titre de l'ensemble des dispositions de la loi relative aux institutions sociales et médico-sociales, notamment de la procédure de coordination des établissements et services qu'elle institue, les centres d'aide par le travail sont simultanément une structure de mise au travail - ils se rapprochent à cet égard d'une entreprise et une structure médico-sociale dispensant les soutiens requis par l'intéressé et qui conditionnent pour lui toute activité professionnelle. Cette dualité constitue le fondement même des centres d'aide par le travail, aucun des deux aspects ne saurait disparaître sans que la vocation de l'établissement soit gravement altérée.

Cette vocation énoncée dès 1978 (circulaire 60 AS) est réaffirmée dans les textes rénovés de 2002 et 2005.

> Deux extrêmes doivent donc être également proscrits :

Celui d'un établissement qui ne développerait aucune activité productive et où les personnes accueillies ne seraient pas mises en mesure d'effectuer un véritable travail. Quelle que soit la qualité de l'action éducative qui serait menée dans ce cas, il ne s'agirait assurément pas d'un centre d'aide par le travail et un tel établissement ne saurait être agréé à ce titre ni valoir aux personnes qu'il accueille le bénéfice de la garantie de ressources.

Cela ne signifie pas que des structures d'accueil avec activités, qu'elles soient proprement thérapeutiques ou occupationnelles à visée d'épanouissement, aptes à répondre aux besoins de ces personnes ne peuvent prétendre relever du statut des centres d'aide par le travail.
Celui d'une entreprise dans laquelle aucune action de soutien ne trouverait place : on peut craindre alors que les personnes handicapées qui y sont admises ne reçoivent pas l'aide dont elles ont besoin et que le défaut de surveillance médicale ou de soutien psychologique ou socio-éducatif, joint à une exigence de travail excédant leurs capacités physiques et mentales ne porte gravement préjudice à leur santé et à leur épanouissement.

L'absence de soutien dans un établissement peut encore résulter du fait que les personnes admises n'en ont pas besoin.

Dans les deux cas, l'établissement considéré ne justifierait pas du statut du centre d'aide par le travail, sous réserve des nuances apportées pour le cas de centre d'aide par le travail accueillant des handicapés physiques.

Notre centre d'aide par le travail voir : CAT-ESAT Chateau Bellevue